Pour la première fois en France, l’as­so­cia­tion EndoF­rance a orga­nisé un dîner de gala en faveur de la recherche contre l’en­do­mé­triose. Le dîner s’est déroulé hier soir au Pavillon Royal. Parmi les person­na­li­tés présentes on retrou­vait entre autres Julie Gayet, Lola Marois, Eglan­tine Emeyé.

De nombreuses person­na­li­tés ont tenu à soute­nir le premier dîner de gala de l’as­so­cia­tion EndoFrance Jeudi 7 Avril 2016 au Pavillon Royal.. 

Julie Gayet, initia­trice de la campagne sur “Qu’est-ce que l’En­do­mé­triose?” était présente afin de soute­nir l’As­so­cia­tion EndoF­rance, elle était accom­pa­gnée du Docteur Chry­soula Zacharoupoulo.

Eglan­tine Emeyé, venue soute­nir la cause, connais­sant bien, malheu­reu­se­ment toutes les diffi­cul­tés pour récol­ter des fonds au profit de la recher­ché via son asso­cia­tion “Un Don pour la Vie”.

Présent à la table de Yasmine Candau (la prési­dente de l’As­so­cia­tion) le Député du Morbi­han Jean-Pierre le Roch accom­pa­gné de son épouse.
Nata­cha Régnier, actuel­le­ment en promo­tion pour la sortie du film d’Eu­gène Green La vie de Joseph en salle à partir du 20 avril. Nous avons pu égale­ment retrou­ver Caro­line Faindt, artiste – peintre (venue sans son compa­gnon Zinedine Soua­lem, actuel­le­ment en tour­nage) accompa­gnée de son amie Laurence Rous­tandjee.

Fabrice Deville, qui tour­nera dans le prochain Bris­seaua répondu présent à l’ap­pel de l’As­so­cia­tion, ainsi qu’Hé­loïse Martin, jeune et talen­tueuse comé­dienne que nous retrou­ve­rons prochai­ne­ment dans le film ‘Tamara” où elle tien­dra le rôle prin­ci­pal.

Alexan­dra Kazan a pu venir faire un passage juste après être montée sur les planches où elle joue actuel­le­ment Garde alter­née au théâtre des Mathu­rins. A la même table, nous pouvions voir l’ac­trice Juliette Besson, présente pour soute­nir la cause. Char­lotte Valan­drey, actuel­le­ment sur les planches pour la pièce Mon pote est une femme comme les autres est venue après sa repré­sen­ta­tion avec son acolyte sur scène Sacha Judaszko.

À la même table, nous pouvions voir Anne Mondy artiste-colla­giste, fille du regretté Pierre Mondy, qui a mis ses talents d’ar­tiste au profit de l’as­so­cia­tion en réali­sant une toile de sa créa­tion. Lors du tirage de la tombola, Julie Gayet a eu la chance de rempor­ter le tableau qu’elle a offert à l’hô­pi­tal de Rouen afin d’égayer un peu les couloirs…

Toujours présentes pour la bonne cause, nous avons pu voir Lola Marois, en toute trans­pa­rence, accom­pa­gnée de sa meilleure amie Emma­nuelle Boidron et de Laëti­tia Bléger, habillée par Chris­tophe Guillarmé, par ailleurs a cette même table nous retrou­vons Chris­tophe Guillarmé, qui a offert une robe Haute Couture lors de la tombola, rempor­tée par Héloïse Martin ravie.

Anaïs Bayde­mir, jour­na­liste météo Fran­ce2 était présente malgré ses réveils mati­naux pour Télé­ma­tin, ainsi que Sophie Braf­man. À cette même table, nous pouvions voir, Maurice Lamy, acteur passionné de théâtre, qui sera sur scène dès le 11 avril pour sa pièce, écrite et mise en scène par lui La Vie de Toulouse Lautrec. Rare en soirée, Flore Bona­ven­tura, venue soute­nir la cause et nous dévoi­lant un joli Baby Bump d’un peu plus de quatre mois. La tombola était animée par Yasmine Candau, prési­dente de l’as­so­cia­tion EndoF­rance et par Esther Meyniel (atta­chée de presse de l’évè­ne­ment et fonda­trice de Tess Art Commu­ni­ca­tion).

À noter que la marraine de l’as­so­cia­tion EndoF­rance, Laëti­tia Milot, rete­nue sur un tour­nage n’a pas manqué d’en­voyer un message enre­gis­tré dans l’après-midi en vidéo, afin d’ex­pliquer qu’il ne faut pas bais­ser les bras.

Rappe­lons que l’en­do­mé­triose est une mala­die chro­nique, très souvent doulou­reuse et au fort poten­tiel de réci­dive. L’en­do­mé­triose est causée par le déve­lop­pe­ment hors de l’uté­rus, d’ilots de tissu semblable à celui de l’en­do­mètre. Ces îlots de tissus prennent diffé­rentes formes (lésions, adhé­rences, kystes, nodules) suscep­tibles de colo­ni­ser les organes, de les coller entre eux et d’en­traî­ner ainsi leur dysfonc­tion­ne­ment. Le déve­lop­pe­ment de ces formes de tissu endo­mé­trial est rythmé par le cycle ovarien et mens­truel.

Communiqué de presse : Esther Meyniel
Photos : Denis Sinoussi

Publicités